Pin
Send
Share
Send


Eihei-ji (永平寺, Eihei-ji) est l'un des deux principaux temples de l'école Sōtō de bouddhisme zen, la plus grande confession religieuse du Japon (en nombre de temples dans une seule entité juridique). Eihei-ji est situé à environ 15 km (9 mi) à l'est de Fukui dans la préfecture de Fukui, au Japon. En anglais, son nom signifie «temple de la paix éternelle».

Le fondateur d'Eihei-ji était Eihei Dōgen qui a amené le Sōtō Zen de Chine au Japon au XIIIe siècle. Les cendres de Dōgen et un mémorial à lui sont dans le Joyoden (la salle du fondateur) à Eihei-ji.

Eihei-ji est un monastère de formation avec plus de deux cents moines et nonnes en résidence. Les visiteurs d'Eihei-ji peuvent participer à l'horaire quotidien, ce qui implique zazen (méditation assise), corvées et sutras chantants.

Histoire

Dōgen a fondé le temple en 1244.

Dōgen a fondé Eihei-ji en 1244 avec le nom Sanshoho Daibutsuji dans les bois du Japon rural, assez loin des distractions de la vie urbaine de la période Kamakura.

En 1243, Hatano Yoshishige (波 多 野 義 重) propose de déplacer la communauté de Dōgen dans la province d'Echizen, loin au nord de Kyōto. Dōgen a accepté en raison de la tension persistante avec la communauté Tendai et de la concurrence croissante avec l'école Rinzai.1

Ses disciples y ont construit un centre complet pour la pratique bouddhiste, le baptisant Temple Daibutsu (Daibutsu-ji, 大 仏 寺). Pendant les travaux de construction, Dōgen vivait et enseignait au temple Yoshimine-dera (Kippō-ji, 吉峯 寺), situé près de Daibutsu-ji. Pendant son séjour à Kippō-ji, Dōgen "est tombé dans une dépression". Cela a marqué un tournant dans sa vie, laissant la place à une "critique rigoureuse du Rinzai Zen".1

En 1246, Dōgen a renommé le temple Daibutsu, en l'appelant Eihei-ji. Ce nom signifie «temple de la paix éternelle» (en japonais, «ei» signifie «éternel», «hei» signifie «paisible» et «ji» signifie «temple bouddhiste»).23 Éloigné et éloigné des centres établis du bouddhisme, ce temple est devenu un symbole du "centre du monde" pour Dogen et ses disciples.4 Il reste aujourd'hui l'un des deux principaux temples du Zen Sōtō au Japon, l'autre étant le Sōji-ji.

Dōgen a passé le reste de sa vie à enseigner et à écrire à Eihei-ji. En 1247, le régent du shōgun nouvellement installé, Hōjō Tokiyori, a invité Dōgen à venir à Kamakura pour lui enseigner. Dōgen a fait le voyage assez long vers l'est pour fournir au shōgun l'ordination laïque, puis est retourné à Eihei-ji en 1248. À l'automne 1252, Dōgen est tombé malade, et quand il n'a montré aucun signe de récupération, il a présenté ses robes à son apprenti principal, Koun Ejō (孤雲 懐 弉), faisant de lui l'abbé d'Eihei-ji.

Quelque temps après la mort de Dōgen, l'abbaye d'Eihei-ji devint vivement contestée en rangs impliquant un schisme maintenant appelé sandai sōron. Jusqu'en 1468, Eihei-ji n'était pas détenue par la lignée Keizan actuelle de Sōtō, mais par la lignée du disciple chinois de Dōgen Jakuen.5 Après 1468, lorsque la ligne Keizan a pris possession d'Eihei-ji en plus de son temple principal Sōji-ji et d'autres, la ligne de Jakuen et d'autres lignes alternatives sont devenues moins importantes.

Comme Eihei-ji et Sōji-ji sont devenus des rivaux au fil des siècles, Eihei-ji a prétendu renforcer son autorité en se basant sur le fait que Dōgen y résidait à l'origine:

La mémoire de Dōgen a aidé à maintenir Eiheiji financièrement en sécurité, en bon état et remplie de moines et de pèlerins laïcs qui se tournent vers Dōgen pour trouver l'inspiration religieuse. Eiheiji est devenu le lieu de Dōgen, le temple où l'on se souvient de Dōgen, où se pratique le Zen de Dōgen, où se trouve Dōgen. Shōbōgenzō est publié, où il est lu, et où l'on va apprendre le bouddhisme de Dōgen. Comme nous nous souvenons de Dōgen, nous devons également nous rappeler que le souvenir n'est pas neutre en valeur… "6

Le temple entier a été détruit par le feu à plusieurs reprises. À la fin du XVIe siècle, les disciples d'Ikkō-shu ont attaqué et incendié le temple et les bâtiments environnants.7 Le temple a été reconstruit au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, la plus ancienne structure debout date de 1794.

La description

L'original de cette carte d'Eihei-ji a pris un prêtre de la préfecture d'Aichi 4,5 ans pour peindre.

Aujourd'hui, le terrain du temple couvre environ 330 000 m² (0,13 mi2).8 le Butsuden L'autel principal (salle du Bouddha) porte des statues des bouddhas des trois temps: de droite à gauche, Amida Butsu (passé), Shakyamuni Butsu (présent) et Miroku Bosatsu (futur).9

Parmi les 70 structures du temple8 sont les Sanmon (porte), Hatto (salle de conférence), Alors faites (Salle des prêtres ou de méditation), Daikuin (cuisine, trois étages et un sous-sol),9 Yokushitsu (bain) et Tosu (toilettes, Dōgen's Shōbōgenzō comprend un chapitre sur les manières appropriées aux toilettes. La plupart de ses règles sont toujours suivies aujourd'hui.9) Le Shōrō (beffroi) détient le obon sho, la grande cloche brahman. le Shidoden (Memorial Hall) contient des milliers de tablettes pour les laïcs décédés. le Joyoden (Salle des fondateurs) contient les cendres de Dōgen et de ses successeurs.9 Ici, des images du défunt reçoivent quotidiennement de la nourriture comme si elles étaient des enseignants vivants. le Kichijokaku (centre des visiteurs) est un grand bâtiment moderne de quatre étages pour laïcs, avec cuisine, salle de bain, chambres à coucher et un hall pour zazen.9

Conformément à la tradition mahayana du Zen, l'iconographie est abondante dans divers bâtiments. Au Sanmon sont quatre rois qui montent la garde nommé Shitenno; l'autel principal de la salle du Bouddha a trois statues du passé, du présent et du futur des bouddhas; le Hatto affiche Kannon le bodhisattva de la compassion et quatre lions blancs (appelés a-un no shishi); le Yokusitsu a Baddabara; le Sanshokaku a une statue de Hotei; et le Tosu affiche Ucchusma.9 Ces œuvres d'art peuvent être source de confusion pour les visiteurs peu familiers avec l'art bouddhiste.10

La cloche du temple en bronze date de 1327 et est classée comme bien culturel important du Japon.11 Le Sanmon et la porte centrale datent de la reconstruction de 1794 et sont classés comme biens culturels du Japon.1213

Un certain nombre de manuscrits importants appartiennent au temple, y compris le trésor national Instructions universellement recommandées pour Zazen, par le fondateur du temple Dōgen (1233);14 les enseignements qu'il rapporta de Song China (1227);15 et un enregistrement d'une subvention pour l'ancien Sanmon dans la main de l'empereur Go-En'yū (1372).16

Réparti sur une colline, le complexe est entouré de cèdres, d'environ 100 pieds (30 m) de hauteur et aussi vieux que le temple.17 Il est entouré de rochers couverts de mousse vert vif et d'érables japonais qui deviennent rouges et or en automne.18

Formation

Instructions universellement recommandées pour Zazen, par Dōgen, fondateur d'Eihei-ji; 1233; Trésor national

Aujourd'hui, Eihei-ji est le principal temple d'entraînement du Zen Sōtō. La formation standard d'un prêtre à Eihei-ji va de trois mois à une période de pratique de deux ans. Il est en communion avec tous les temples japonais Soto Zen et avec certains temples en Amérique, y compris le San Francisco Zen Center.

Les principaux prêtres d'Eihei-ji et de Sōji-ji alternent les termes menant Sotoshu (l'école zen Sōtō). Fukuyama Taiho Zenji est le prêtre en chef, ou abbé, qui supervise les stagiaires à Eihei-ji, et a également commencé son deuxième mandat en tant que prêtre en chef de Sotoshu en janvier 2012. Son premier mandat était de janvier 2008 à janvier 2010.19

Environ deux cent deux cent cinquante prêtres et religieuses en formation sont en résidence.83 Un seul tatami, un tapis de 1 mètre (3,3 pieds) par 2 mètres (6,6 pieds) posé en rangées sur une plate-forme surélevée appelée bronzer dans une salle commune, il est prévu que chaque stagiaire mange, dorme et médite.17

Les moines commencent leur journée à 3h30 du matin et une heure plus tard en hiver. Ils font du zazen et lisent et chantent des soutras. Le petit déjeuner est un bol de ok (bouillie de riz) avec des cornichons.20 Après le petit déjeuner, ils font les corvées: nettoyer, désherber et, si nécessaire, pelleter la neige. Les sols et les couloirs ont été polis en douceur par un nettoyage quotidien pendant des centaines d'années.20 Puis ils lisent et chantent à nouveau. Dîner à 17 h est maigre et ritualisé: la position du bol et des ustensiles est respectée. Zazen ou une conférence suit avant le coucher à 21 h.17 Les stagiaires se rasent la tête et prennent un bain tous les cinq jours.18

Moine après zuise, abbé d'un jour

Eihei-ji cherche, depuis l'époque médiévale, une source de revenus en sollicitant des moines pour acheter des titres honorifiques.6 Les moines peuvent progresser à travers quatre hôkai (rangs du dharma) avec des délais de plusieurs mois ou années entre les rangs. La dernière étape pour devenir prêtre est zuise ce qui signifie devenir ichiya-no-jûshoku (abbé pour une nuit) aux deux temples principaux (Eihei-ji et Sôji-ji).

Tourisme

Les visiteurs d'Eihei-ji sont les bienvenus, mais doivent s'habiller modestement et garder le silence. Ils peuvent assister à des retraites de méditation d'un à trois jours moyennant des frais.17 Chaque visiteur reçoit une liste de règles, par exemple la photographie des prêtres en formation est interdite.2 Plus d'un million de visiteurs passaient les portes d'Eihei-ji.8 Cependant, le nombre a diminué et en 2003, seulement 800 000 touristes ont visité, une période au cours de laquelle le service de train de Fukui à la gare voisine d'Eiheiji guchi a été temporairement interrompu.18

Un service commémoratif, une source importante de revenus pour Eihei-ji,6 a lieu tous les cinquante ans depuis le XVIe siècle à l'occasion de l'anniversaire de Dōgen Zenji 's entrant dans le nirvana. Par exemple, en 1752, environ 23 700 moines y ont assisté, ce qui a permis d'amasser suffisamment d'argent pour reconstruire la porte principale.6 Des groupes du monde entier, dont un groupe de San Francisco, se sont formés pour faire un pèlerinage à Eihei-ji pour le 750e anniversaire en 2002.21

En 1905, Eihei-ji a tenu sa première conférence appelée Genzō e sur Dōgen Zenji 's Shōbōgenzō. Il a réussi à attirer tant de parties intéressées qu'il est devenu un événement annuel. Les moines et les laïcs, ainsi que les écrivains universitaires et populaires peuvent assister à des ateliers chaque année.6

Branches

Japon
  • Chōkoku-ji (長 谷 寺), également connu sous le nom de Eihei-ji Tokyo Betsuin (永平 寺 東京 別 院), à Tokyo.
  • Chuō-ji (中央 寺), également connu sous le nom de Eihei-ji Sapporo Betsuin (永平 寺 札幌 別 院), à Sapporo.
  • Taianden-gokoku-in (泰安 殿 護 国 院), également connu sous le nom de Eihei-ji Nagoya Betsuin (永平 寺 名古屋 別 院), à Nagoya.
  • Shōryū-ji (紹隆 寺), également connu sous le nom de Eihei-ji Kagoshima Shutchōjo (永平 寺 鹿 児 島 出 張 所), à Kagoshima.
ETATS-UNIS
  • Mission Zenshuji Soto

Galerie

  • Hatto (Salle du Dharma)

  • Shidoden (Salle commémorative)

  • Yokushitsu (une baignoire)

  • Un des couloirs couverts

Remarques

  1. 1.0 1.1 Heinrich Dumoulin, Bouddhisme zen: une histoire. Volume 2: Japon (World Wisdom Books, 2005, ISBN 978-0941532907).
  2. 2.0 2.1 Eiheiji EiheijiKankoubussankyoukai. Récupéré le 6 octobre 2013.
  3. 3.0 3.1 Chef Temple Eiheiji SotoZen-Net. Récupéré le 5 octobre 2013.
  4. ↑ Hee-Jin Kim, Eihei Dogen: Réaliste mystique (Publications Wisdom, 2000, ISBN 978-0861713769).
  5. ↑ William M. Bodiford, Zen Sōtō au Japon médiéval. University of Hawaii Press, 2008, ISBN 978-0824833039).
  6. 6.0 6.1 6.2 6.3 6.4 William Bodiford, Remembering Dogen: Eiheiji et Dogen Hagiography Journal des études japonaises 32(1) (2006): 1-21.
  7. ↑ Temple Eiheiji Voyage en ligne au Japon, Kintetsu International. Récupéré le 6 octobre 2013.
  8. 8.0 8.1 8.2 8.3 Japan Heritage Eiheiji: Pour quelques dollars, vous pouvez aussi essayer l'illumination Le Asahi Shimbu, 13 mai 2011. Récupéré le 6 octobre 2013.
  9. 9.0 9.1 9.2 9.3 9.4 9.5 Gabi Greve, Eihei-Ji Temple - Dogen Zenji Daruma Pilgrims in Japan, 1 février 2005. Récupéré le 6 octobre 2013.
  10. ↑ Douglas P. Sjoquist, Identifier les images bouddhistes dans la peinture et la sculpture japonaises Éducation sur l'Asie 4 (3) (hiver 1999). Récupéré le 6 octobre 2013.
  11. ↑ 銅鐘 (Cloche de bronze) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  12. ↑ 永平 寺 山門 (Eiheiji Sanmon) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  13. ↑ 永平 寺中 雀 門 (Porte centrale d'Eiheiji) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  14. ↑ 普 勧 坐禅 儀 (Instructions universellement recommandées pour Zazen) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  15. ↑ 紙 本 墨 書 高祖 嗣 書 (Écriture à l'encre noire sur papier - certifié par le maître) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  16. ↑ 紙 本 墨 書 後 円 融 院 宸 翰 (Écriture à l'encre noire sur papier - dans la main de l'empereur Go-En'yū) Préfecture de Fukui. Récupéré le 6 octobre 2013.
  17. 17.0 17.1 17.2 17.3 Eihei-ji Fodor, Maison aléatoire. Récupéré le 6 octobre 2013.
  18. 18.0 18.1 18.2 Bill Willis, moines austères dans un somptueux monastère The Japan Times, 23 février 2003. Consulté le 6 octobre 2013.
  19. ↑ Fukuyama Taiho Zenji, prêtre en chef de Daihonzan Eiheiji, nommé prêtre en chef de Sotoshu SotoZen-Net. Récupéré le 6 octobre 2013.
  20. 20.0 20.1 James P. Zumwalt, copie des soutras au temple Eiheiji Z Notes, Blog officiel de l'ambassade de Tokyo, 21 janvier 2011. Récupéré le 6 octobre 2013.
  21. ↑ Calendrier d'activités du Soto Zen Education Center Dharma Eye, Mai 2002. Récupéré le 6 octobre 2013.

Les références

  • Bodiford, William. Se souvenir de Dogen: Eiheiji et Dogen Hagiography Journal des études japonaises 32 (1) (2006): 1-21. Récupéré le 6 octobre 2013.
  • Bodiford, William M. Zen Sōtō au Japon médiéval. University of Hawaii Press, 2008. ISBN 978-0824833039
  • Dogen, Eihei. Shohaku Okumura (trans.), Taigen Daniel Leighton (éd.). Les standards purs de Dogen pour la communauté Zen: une traduction de Eihei Shingi. Université d'État de New York Press, 1995. ISBN 978-0791427101
  • Dumoulin, Heinrich. Bouddhisme zen: une histoire. Volume 2: Japon. World Wisdom Books, 2005. ISBN 978-0941532907
  • Kim, Hee-Jin. Eihei Dogen: Réaliste mystique. Wisdom Publications, 2000. ISBN 978-0861713769

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 19 septembre 2017.

Voir la vidéo: Eiheiji Temple (Mai 2020).

Pin
Send
Share
Send