Je veux tout savoir

Civilisation phénicienne

Pin
Send
Share
Send


Langue et littérature

Saviez-vous que les Phéniciens sont réputés pour avoir propagé l'alphabet phénicien dans le monde méditerranéen, de sorte qu'il est devenu l'un des systèmes d'écriture les plus utilisés

Les Phéniciens ont la réputation de diffuser l'alphabet phénicien dans le monde méditerranéen. C'était une variante de l'alphabet sémitique de la région cananéenne développée des siècles plus tôt dans la région du Sinaï ou dans le centre de l'Égypte. Les commerçants phéniciens ont diffusé ce système d'écriture le long des routes commerciales de la mer Égée, jusqu'aux côtes de l'Anatolie (Turquie), de la civilisation minoenne de Crète, de la Grèce mycénienne et de toute la Méditerranée. Les Grecs classiques se souviennent que l'alphabet est arrivé en Grèce avec le fondateur mythique de Thèbes, Cadmus.

Cet alphabet a été appelé un abjad ou un script qui ne contient pas de voyelles. Un cunéiforme abjad originaire du nord à Ugarit, une ville cananéenne du nord de la Syrie, au XIVe siècle avant notre ère. Leur langue, le «phénicien», est généralement classée comme dans le sous-groupe cananéen du nord-ouest sémitique. Son dernier descendant en Afrique du Nord est appelé «punique».

Les premières inscriptions connues en phénicien viennent de Byblos et remontent à ca. 1000 avant notre ère Des inscriptions phéniciennes se trouvent au Liban, en Syrie, en Israël, à Chypre et dans d'autres endroits, jusqu'aux premiers siècles de l'ère chrétienne. Le punique, une langue qui s'est développée à partir du phénicien dans les colonies phéniciennes de la Méditerranée occidentale à partir du IXe siècle avant notre ère, y a lentement supplanté le phénicien, de la même manière que l'italien a supplanté le latin. Le phénicien punique était encore parlé au Ve siècle de notre ère: Saint Augustin, par exemple, a grandi en Afrique du Nord et connaissait bien la langue. Les Phéniciens auraient une riche littérature. Malheureusement, rien de tout cela n'a survécu. Ils ont été décrits comme des «intermédiaires culturels», souvent médiateurs d'idées d'une culture à l'autre. Ils ont même été crédités d'avoir déclenché un «renouveau culturel en Grèce, qui a conduit à l'âge d'or des Grecs et donc à la naissance de la civilisation occidentale».6

Phéniciens dans la Bible

Dans l'Ancien Testament, il n'y a aucune référence au terme grec Phénicie; au lieu de cela, les habitants de la côte sont identifiés par leur ville d'origine, le plus souvent en tant que Sidoniens (Gen. x. 15; Juges iii. 3; x. 6, xviii. 7; I Kings v. 20, xvi. 31). Les premières relations entre Israélites et Cananéens étaient cordiales: Hiram de Tyr, un phénicien par évaluation moderne, meubla des architectes, des ouvriers et des bois de cèdre pour le temple de son allié Salomon à Jérusalem. La langue phénicienne était en grande partie mutuellement intelligible avec la langue hébraïque, et les similitudes culturelles entre les deux peuples étaient significatives, conduisant au culte des dieux phéniciens comme Baal par certains Juifs à l'époque du prophète Élie.

Bien sûr, il y a un autre Hiram (également orthographié Huran) associé à la construction du temple.

"Fils d'une femme des filles de Dan, et son père était un homme de Tyr, habile à travailler en or et en argent, en laiton, en fer, en pierre et en bois, en violet, en bleu, et en fin lin et en pourpre; aussi pour enterrer toute manière de graver, et pour découvrir tous les appareils qui lui seront mis… "(2 Ch 2:14)

Il s'agit de l'architecte du Temple, Hiram Abiff de la tradition maçonnique. Ils sont très célèbres pour leur teinture violette.

Plus tard, les prophètes réformateurs se sont opposés à la pratique de dessiner des épouses royales parmi les étrangers: Élie a exécuté Jézabel, la princesse de Tyr qui est devenue une épouse du roi Achab et a introduit le culte de ses dieux.

Dans la Bible, le roi Hiram I de Tyr est mentionné comme coopérant avec Salomon pour monter une expédition sur la mer Rouge et pour construire le temple. Le temple de Salomon est considéré comme construit selon la conception phénicienne, et sa description est considérée comme la meilleure description de ce à quoi ressemblait un temple phénicien. Les Phéniciens de Syrie étaient également appelés «Syrophéniciens».

Bien après que la culture phénicienne ait prospéré ou que la Phénicie ait existé en tant qu'entité politique, les indigènes hellénisés de la région où les Cananéens vivaient encore étaient appelés «syro-phéniciens», comme dans le Évangile de Marc 7h26: "La femme était grecque, syro-phénicienne de naissance ..."

Le mot Bible elle-même dérive finalement (par le latin et le grec) de Byblos, la ville phénicienne. En raison de ses papyrus, Byblos était également la source du mot grec pour livre et, par conséquent, du nom de la Bible.

Remarques

  1. ↑ Arniaz-Villena, et al., "Les gènes HLA chez les Macédoniens…" Antigènes tissulaires, 57 (2) (février 2001): 118-120.
  2. ↑ Hérodote, Les histoires (New York, NY: Oxford University Press, 2008, ISBN 978-0199535668).
  3. ↑ Colonies et commerce grecs et phéniciens, Pearson Education. Récupéré le 28 mai 2013.
  4. ↑ Sabatino Moscati, Le monde des Phéniciens (Phoenix Giant, 1999, ISBN 978-0753807460).
  5. ↑ La pièce phénicienne supposait contenir une carte du monde antique. Les Phéniciens ont-ils découvert le nouveau monde? Récupéré le 9 mai 2013.
  6. ↑ Rick Gore, "Qui étaient les phéniciens? National Geographic magazine en ligne. Récupéré le 6 novembre 2007.

Les références

  • Aubet, Maria Eugenia, traduit par Mary Turton. Les Phéniciens et l'Occident: politique, colonies et commerce. Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press, 2001. ISBN 0521791618 (Revue classique de Bryn Mawr, 17 déc., 2001) (consulté le 6 novembre 2007).
  • Braudel, Fernand, traduit par Sian Reynolds. La perspective du monde: civilisation et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Volume 3. HarperCollins Publishers, 1984. ISBN 978 = 0060153175
  • Holst, Sanford. Phéniciens, l'héritage épique du Liban. Los Angeles, Californie: Cambridge; et Boston Press, 2005. ISBN 1887263306
  • Johnston, Thomas Crawford. Les Phéniciens ont-ils découvert l'Amérique? Londres: J. Nisbet, (original 1892); réimprimé en 1913; Houston, TX: St. Thomas Press, 1965. ISBN 0686050428
  • Moscati, Sabatino. Le monde des Phéniciens. Phoenix Giant, 1999. ISBN 978-0753807460
  • Projet Gutenberg, L'histoire de la Phénicie. (original 1889) par George Rawlinson. Récupéré le 9 mai 2013. Le texte du XIXe siècle de Rawlinson doit être mis à jour pour des améliorations modernes dans la compréhension historique.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 25 mars 2019.

  • Site Web de l'Encyclopédie Phénicienne de Salim George Khalaf (site Web le plus grand et le plus complet sur la Phénicie, environ 1 200 pages).
  • Le musée de l'Université de Pennsylvanie propose des informations simplifiées mais impartiales sur Canaan et les Phéniciens, en mettant l'accent sur les aspects communs de la culture en Israël et dans les autres royaumes de Canaan.
  • Cambridge & Boston Press Phoenician Experience présente des recherches récentes sur les Phéniciens et retrace leurs anciennes légendes.
  • Présentation des phéniciens par Genry Joil.
  • Les Phéniciens ont-ils découvert le Nouveau Monde? Recherche phénicienne.

Pin
Send
Share
Send