Pin
Send
Share
Send


Brésil, officiellement le République fédérative du Brésil, est le plus grand pays d'Amérique du Sud. C'est le cinquième plus grand pays du monde par zone, le cinquième plus peuplé et la quatrième démocratie la plus peuplée du monde. La population brésilienne a tendance à se concentrer le long du littoral atlantique dans les grands centres urbains. Alors que le Brésil possède l'une des plus grandes populations du monde, sa densité de population globale est faible car les vastes régions intérieures sont peu peuplées.

Le Brésil est un pays multiracial et racialement diversifié, et les mariages mixtes entre différents groupes ethniques font partie de l'histoire du pays. Certains disent que le Brésil est une société "post-raciste", composée d'une agglomération de toutes les races du monde, sans égard à la couleur ou au nombre, peut-être capable de jeter les bases d'une nouvelle civilisation.

De loin le pays le plus peuplé d'Amérique du Sud, le Brésil a surmonté plus d'un demi-siècle d'intervention militaire dans la gouvernance du pays lorsque, en 1985, le régime militaire a cédé pacifiquement le pouvoir aux dirigeants civils. Le Brésil continue de poursuivre la croissance industrielle et agricole et le développement de son intérieur. Utilisant de vastes ressources naturelles et un important bassin de main-d'œuvre, elle est aujourd'hui la première puissance économique d'Amérique du Sud et un leader régional. La répartition très inégale des revenus reste un problème urgent.

La principale théorie de la source de son nom stipule qu'il a été nommé d'après le bois du Brésil, une espèce abondante dans la nouvelle terre qui était précieuse dans le commerce portugais. Cette plante a une couleur rouge intense, donc "Brésil" est dérivé du mot portugais "brasa", qui signifie "braise".

La géographie

Bordé par l'océan Atlantique à l'est, le Brésil possède un littoral de plus de 7 367 kilomètres. Il borde le Venezuela, le Suriname, la Guyane et la Guyane française au nord, l'Uruguay au sud, l'Argentine et le Paraguay au sud-ouest, la Bolivie et le Pérou à l'ouest et la Colombie au nord-ouest. De nombreux archipels font partie du territoire brésilien, tels que Penedos de São Pedro e São Paulo, Fernando de Noronha, Trindade e Martim Vaz et Atol das Rocas.

Le Brésil est traversé par l'équateur et le tropique du Capricorne et abrite une faune et une flore variées, ainsi que de vastes ressources naturelles.

La forêt amazonienne.

La topographie brésilienne est variée, comprenant des collines, des montagnes, des plaines, des hauts plateaux, des garrigues, des savanes, des forêts tropicales et un long littoral. La vaste forêt pluviale amazonienne de faible altitude couvre la plupart des terrains du Brésil dans le nord; de petites collines et de basses montagnes occupent le sud. Le long de la côte atlantique, il y a plusieurs chaînes de montagnes, avec des altitudes d'environ 9 500 pieds (2 900 m). Le plus haut sommet est le Pico da Neblina de 9 735 pieds (3 014 m) (Pic brumeux) dans les hauts plateaux de Guyane. Les principaux fleuves comprennent l'Amazonie, le plus grand fleuve en termes de volume d'eau et le deuxième plus long du monde; le Paraná et son principal affluent, la rivière Iguaçu, où se trouvent les chutes d'Iguaçu; ainsi que les rivières Negro, São Francisco, Xingu, Madère et Tapajós.

Climat

Les chutes d'Iguazu

Le climat du Brésil présente peu de variations saisonnières, puisque 90% du pays est situé sous les tropiques. Cependant, le climat varie considérablement du nord principalement tropical (l'équateur traverse l'embouchure de l'Amazonie) aux zones tempérées sous le tropique du Capricorne, qui traverse le pays à la latitude de la ville de São Paulo. Le Brésil a cinq régions climatiques: équatoriale, tropicale, semi-aride, tropicale des hautes terres et subtropicale.

Les températures le long de l'équateur sont élevées, mais le sud du Brésil a un climat tempéré subtropical, connaissant normalement du gel en hiver (juin-août), et de la neige occasionnelle dans les zones montagneuses, telles que Rio Grande do Sul et Santa Catarina. Les températures dans les villes de São Paulo et de Brasilia sont modérées en raison de leur altitude d'environ 3 000 pieds (1 000 m). Rio de Janeiro et Salvador, situés sur la côte, ont des climats chauds.

Les niveaux de précipitations varient également considérablement, étant plus élevés dans le bassin humide d'Amazonie et plus faibles dans les paysages quelque peu arides du nord-est. La majorité du Brésil a des précipitations modérées, la plupart tombant en été (entre décembre et avril), au sud de l'équateur. La région amazonienne est notoirement humide, avec des précipitations de plus de 2 000 millimètres par an, atteignant 3 000 millimètres dans certaines parties de l'Amazonie occidentale et près de Belém. Malgré des précipitations annuelles élevées, la forêt amazonienne a une saison sèche de trois à cinq mois.

Environnement

Le Toco Toucan est un animal typique de la forêt tropicale brésilienne.

La grande superficie du Brésil comprend différents écosystèmes, qui ensemble soutiennent une des plus grandes biodiversité du monde. En raison de la croissance économique et démographique intense du pays, la capacité du Brésil à protéger ses habitats environnementaux est de plus en plus menacée. L'exploitation forestière extensive dans les forêts du pays, en particulier l'Amazonie, détruit des zones de la taille d'un petit pays chaque année, et potentiellement une variété variée de plantes et d'animaux. Entre 2002 et 2006, une zone de la forêt amazonienne de taille équivalente à celle de l'État américain de Caroline du Sud a été complètement décimée, dans le but d'élever du bétail et de l'exploitation forestière. D'ici 2020, on estime qu'au moins 50% des espèces du Brésil pourraient disparaître.

La région du Pantanal au Brésil est considérée par beaucoup comme le plus grand système de zones humides d'eau douce au monde. C'est l'un des environnements les plus vierges et les plus riches en biologie de la planète. Il offre également de nombreux avantages économiques, notamment en offrant une vaste zone pour la purification de l'eau et le déversement et la recharge des eaux souterraines, la stabilisation du climat, l'approvisionnement en eau, la réduction des inondations et un vaste système de transport, parmi de nombreuses autres fonctions importantes.

Il existe un consensus général sur le fait que le Brésil possède le plus grand nombre de vertébrés terrestres et d'invertébrés de tous les pays du monde. En outre, le Brésil a la plus grande diversité de primates, le plus grand nombre de mammifères, le deuxième plus grand nombre d'amphibiens et de papillons, le troisième plus grand nombre d'oiseaux et le cinquième plus grand nombre de reptiles. Il existe un grand nombre d'espèces menacées, dont beaucoup vivent dans des habitats menacés tels que la forêt atlantique.

Histoire

La colonisation

Carte du Brésil émise par les explorateurs portugais en 1519.

La plupart des érudits conviennent que le Brésil a été atteint pour la première fois le 22 avril 1500 par l'explorateur portugais Pedro Álvares Cabral. Au départ, le Portugal s'intéressait peu au Brésil, principalement en raison des bénéfices élevés réalisés ailleurs. Mais après 1530, la Couronne portugaise a conçu le système des capitaines héréditaires pour occuper efficacement sa nouvelle colonie et a ensuite pris le contrôle direct des capitaines défaillants. Les colons portugais ont adopté une économie basée sur la production de produits agricoles destinés à l'exportation vers l'Europe. Le sucre était de loin le produit le plus important jusqu'au début du XVIIIe siècle. Même si le sucre brésilien était réputé être de haute qualité, l'industrie a fait face à une crise au cours des XVIIe et XVIIIe siècles lorsque les Néerlandais et les Français ont commencé à produire du sucre dans les Antilles, situées beaucoup plus près de l'Europe, entraînant une chute des prix du sucre.

Au XVIIIe siècle, des explorateurs privés ont découvert des gisements d'or et de diamants dans l'État du Minas Gerais. L'exploration de ces mines a été principalement utilisée pour financer les dettes de la cour royale portugaise. La manière prédatrice dont ces gisements ont été explorés a cependant alourdi le Brésil colonial avec des impôts excessifs. Certains des mouvements populaires soutenant l'indépendance sont venus protester contre les taxes abusives établies par le gouvernement colonial, mais ils ont souvent été rejetés avec violence par le Portugal. La production d'or a diminué vers la fin du XVIIIe siècle, entamant une période de relative stagnation dans l'arrière-pays brésilien. La main-d'œuvre esclavagiste amérindienne et africaine était largement utilisée dans l'économie coloniale du Brésil.

Empire

Empereur Dom Pedro II du Brésil, en 1873.

En 1808, la cour portugaise, fuyant les troupes de Napoléon Bonaparte qui avaient envahi le Portugal, s'installe dans la ville de Rio de Janeiro. Après le retour de João VI au Portugal en 1821, son héritier présumé Pedro est devenu régent du Royaume du Brésil. Après une série d'incidents et de différends politiques, le Brésil a obtenu son indépendance en 1822 et Dom Pedro est devenu le premier empereur.

Le gouvernement de Pedro était considéré comme économiquement et administrativement inefficace, et les pressions politiques l'ont finalement fait démissionner en 1831. Il est retourné au Portugal, laissant derrière lui son fils de cinq ans, Pedro II. Jusqu'à la maturité de Pedro II, le Brésil était gouverné par des régents. La période de régence fut turbulente et marquée par de nombreuses révoltes locales dont la révolte masculine, la plus grande rébellion d'esclaves urbains des Amériques, qui eut lieu à Bahia en 1835.

En 1840, Pedro II est couronné empereur. Son gouvernement a été mis en évidence par une augmentation substantielle des exportations de café et la fin de la traite des esclaves en provenance d'Afrique en 1850, bien que l'esclavage sur le territoire brésilien ne soit aboli qu'en 1888. Lorsque l'esclavage a finalement été aboli, un important afflux d'immigrants européens a eu lieu. Dans les années 1870, la compréhension de l'empereur sur la politique intérieure avait commencé à se détériorer face aux crises avec l'Église catholique romaine, l'armée et les esclavagistes. Le mouvement républicain s'est lentement renforcé. Finalement, l'empire est tombé parce que les classes dominantes n'en avaient plus besoin pour protéger leurs intérêts. En effet, la centralisation impériale allait à l'encontre de leur volonté d'autonomie locale. En 1889, Pedro II avait démissionné et le système républicain avait été adopté.

République

La Chambre des représentants au Congrès national de Brasilia, la capitale du Brésil.

Pedro II est destitué le 15 novembre 1889 par un coup d'État militaire républicain dirigé par le général Deodoro da Fonseca, qui devient le premier président de facto du pays par ascension militaire. Le nom du pays est devenu la République des États-Unis du Brésil (changé en 1967 en République fédérative du Brésil). De 1889 à 1930, les États dominants de São Paulo et du Minas Gerais ont alterné le contrôle de la présidence.

Une junte militaire a pris le contrôle en 1930. Getúlio Vargas a pris ses fonctions peu de temps après et restera comme dirigeant dictatorial (avec une brève période démocratique entre les deux) jusqu'en 1945. Il a été réélu en 1951 et est resté en fonction jusqu'à son suicide en 1954. Le les gouvernements successifs ont poursuivi la croissance et le développement industriels et agricoles du vaste intérieur du Brésil.

L'armée a pris ses fonctions au Brésil lors d'un coup d'État en 1964 et est restée au pouvoir jusqu'en mars 1985, date à laquelle elle est tombée en disgrâce en raison des luttes politiques entre le régime et les élites brésiliennes. Tout comme le changement de régime brésilien de 1889, 1930 et 1945 a déclenché des forces politiques concurrentes et provoqué des divisions au sein de l'armée, le régime de 1964 a également changé. Tancredo Neves a été élu président lors d'une élection indirecte en 1985, alors que le Brésil revenait à un gouvernement civil. Il est décédé avant son entrée en fonction et le vice-président, José Sarney, a prêté serment en tant que président à sa place.

La démocratie a été rétablie en 1988 lorsque la Constitution fédérale actuelle a été promulguée. Fernando Collor de Mello a été le premier président véritablement élu au suffrage universel après le régime militaire. Collor a pris ses fonctions en mars 1990. En septembre 1992, le Congrès national a voté pour la destitution de Collor après qu'une série de scandales ont été révélés par les médias. Le vice-président, Itamar Franco, a assumé la présidence. Assistée par le ministre des Finances, Fernando Henrique Cardoso, l'administration d'Itamar Franco a mis en œuvre le paquet économique Plano Real, qui comprenait une nouvelle monnaie, le réal, temporairement arrimé au dollar américain. Lors des élections du 3 octobre 1994, Cardoso s'est porté candidat à la présidence et a gagné, et a été réélu en 1998.

La transition pacifique du pouvoir de Cardoso à son principal chef de l'opposition, Luiz Inácio Lula da Silva (élu en 2002 et réélu en 2006), était considérée comme la preuve que le Brésil avait atteint une stabilité politique longtemps recherchée. Cependant, suscitées par l'indignation et les frustrations accumulées pendant des décennies par la corruption, la brutalité policière, l'inefficacité de l'establishment politique et de la fonction publique, de nombreuses manifestations pacifiques ont éclaté au Brésil dès le milieu du premier mandat de Dilma Rousseff, qui avait succédé à Lula après avoir remporté les élections en 2010. Rousseff a été destitué par le Congrès brésilien en 2016.

Gouvernement et politique

La Fédération brésilienne est basée sur l'association indissoluble de trois entités politiques autonomes: les États, les municipalités et le District fédéral. Il n'y a pas de hiérarchie entre les entités politiques. La fédération repose sur six principes fondamentaux: souveraineté, citoyenneté, dignité des personnes, valeur sociale du travail, liberté d'entreprise et pluralisme politique. La division tripartite classique du pouvoir, englobant les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire dans le cadre du système de freins et contrepoids, est formellement établie par la constitution. Les pouvoirs exécutif et législatif sont organisés de manière indépendante dans les quatre entités politiques, tandis que le pouvoir judiciaire est organisé uniquement aux niveaux fédéral et des États.

Tous les membres des pouvoirs exécutif et législatif sont élus au suffrage direct. Les juges et autres autorités judiciaires sont nommés après avoir réussi les examens d'entrée. Le vote est obligatoire pour les 18 ans et plus.

Quatre partis politiques se distinguent parmi plusieurs petits: le Parti des travailleurs (PT), le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) et les Démocrates (anciennement Parti du front libéral-PFL).

Pratiquement toutes les fonctions gouvernementales et administratives sont exercées par les autorités et agences affiliées à l'exécutif. La forme de gouvernement est républicaine et démocratique, et le système de gouvernement est présidentiel. Le président est chef de l'État et chef du gouvernement et élu pour un mandat de quatre ans, avec possibilité de réélection pour un deuxième mandat successif. Le président nomme les ministres d'État, qui aident à gouverner. L'actuel président est Luiz Inácio Lula da Silva, qui a été élu le 27 octobre 2002 et réélu le 29 octobre 2006.

Les chambres législatives de chaque entité politique sont la principale source de lois. Le Congrès national est une maison bicamérale formée par la Chambre des représentants et le Sénat fédéral.

Relations étrangères

Troupes de l'armée brésilienne avant d'embarquer pour la mission de maintien de la paix de la MINUSTAH en Haïti.

Le Brésil est un leader politique et économique en Amérique latine. Cependant, des problèmes sociaux et économiques l'empêchent de devenir une puissance mondiale efficace. Entre la Seconde Guerre mondiale et 1990, les gouvernements démocratiques et militaires ont cherché à étendre l'influence du Brésil dans le monde en poursuivant une politique industrielle dirigée par l'État et une politique étrangère indépendante. Plus récemment, le pays a cherché à renforcer ses liens avec d'autres pays d'Amérique du Sud et à s'engager dans une diplomatie multilatérale par le biais des Nations Unies et de l'Organisation des États américains.

La politique étrangère actuelle du Brésil repose sur la position du pays en tant que puissance régionale en Amérique latine, leader parmi les pays en développement et puissance mondiale émergente. La politique étrangère brésilienne a généralement reflété le multilatéralisme, le règlement pacifique des différends et la non-intervention dans les affaires des autres pays. La constitution brésilienne stipule également que le pays doit rechercher l'intégration économique, politique, sociale et culturelle des nations d'Amérique latine.

Militaire

Les forces armées du Brésil comprennent l'armée brésilienne, la marine brésilienne et l'armée de l'air brésilienne. La police militaire est décrite comme une force auxiliaire de l'armée mais est sous le contrôle du gouverneur de chaque État. Les forces armées brésiliennes sont les plus importantes d'Amérique latine. L'armée de l'air brésilienne est la plus grande armée de l'air d'Amérique latine, avec environ 700 avions pilotés en service. La marine brésilienne est responsable de la garde des eaux territoriales brésiliennes. C'est la plus ancienne des forces armées brésiliennes et la seule marine en Amérique latine qui exploite un porte-avions. Avec une force d'environ 190 000 soldats, l'armée brésilienne est responsable des opérations militaires terrestres.

Divisions administratives

Politiquement, le Brésil est une fédération de vingt-six États et un district fédéral.

Le territoire national a été divisé en 1969 en cinq régions principales: le nord, le nord-est, le centre-ouest, le sud-est et le sud.

Le Nord couvre 45,27% de la surface du Brésil et compte le plus petit nombre d'habitants. À l'exception de Manaus, qui abrite une zone industrielle hors taxes, et de Belém, la plus grande zone métropolitaine de la région, elle est assez peu industrialisée et peu développée. Il abrite la plupart de la végétation des forêts tropicales du monde et de nombreuses tribus indigènes.

Le Nord-Est, habité par environ 30 pour cent de la population du Brésil, est culturellement diversifié, avec des racines établies dans la période coloniale portugaise et dans les éléments amérindiens et afro-brésiliens. C'est aussi la région la plus pauvre du Brésil et souffre de longues périodes de climat sec. Les plus grandes villes sont Salvador, Recife et Fortaleza.

La région du Centre-Ouest a une faible densité démographique par rapport aux autres régions, principalement parce qu'une partie de son territoire est couverte par la plus grande zone de marais du monde, le Pantanal, ainsi qu'une petite partie de la forêt amazonienne au nord-ouest. Une grande partie de la région est couverte par Cerrado, la plus grande savane du monde. La région du Centre-Ouest contribue de manière significative à l'agriculture. Les plus grandes villes de cette région sont: Brasilia (la capitale), Goiânia, Campo Grande, Cuiabá, Anápolis, Dourados, Rondonópolis et Corumbá.

La région du Sud-Est est la plus riche et la plus densément peuplée. Elle compte plus d'habitants que tout autre pays d'Amérique du Sud et abrite l'une des plus grandes mégalopoles du monde. Les principales villes sont les deux plus grandes du pays: São Paulo et Rio de Janeiro. La région est très diversifiée, notamment le principal centre d'affaires de São Paulo, les villes historiques de Minas Gerais et sa capitale Belo Horizonte, les plages de Rio de Janeiro et la côte d'Espírito Santo.

Le Sud est le plus riche en PIB par habitant et a le niveau de vie le plus élevé du pays. C'est également la région la plus froide du Brésil, avec parfois des gelées et de la neige dans certaines des zones d'altitude. Il a été colonisé par des immigrants européens, principalement d'ascendance italienne, allemande, portugaise et slave, et a clairement été influencé par ces cultures. Les plus grandes villes de cette région sont Curitiba, Porto Alegre, Florianópolis, Londrina, Caxias do Sul et Joinville.

Économie

Rio de Janeiro est le deuxième plus grand centre financier du pays.

Le PIB (PPA) du Brésil est le plus élevé d'Amérique latine, avec des secteurs agricoles, miniers, manufacturiers et de services développés et importants, ainsi qu'un important bassin de main-d'œuvre. Le pays a étendu sa présence sur les marchés financiers et de matières premières internationaux et est considéré comme l'un des quatre pays émergents. Les principaux produits d'exportation comprennent les avions, le café, les automobiles, le soja, le minerai de fer, le jus d'orange, l'acier, l'éthanol, les textiles, les chaussures, le bœuf salé et l'équipement électrique.

Selon le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, le Brésil a la neuvième économie mondiale en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA) et la dixième en importance aux taux de change du marché. Il a une économie diversifiée à revenu intermédiaire avec de grandes variations dans les niveaux de développement. La plupart des grandes industries sont agglomérées dans les États du Sud et du Sud-Est. Le Nord-Est, bien que la région la plus pauvre, a attiré de nouveaux investissements dans les infrastructures pour le secteur du tourisme et les programmes agricoles intensifs.

Le Brésil avait ancré sa monnaie, le real, au dollar américain en 1994. Cependant, après la crise financière en Asie de l'Est de 1997-1998, le défaut de paiement de la Russie en 1998 et la série d'événements financiers défavorables qui l'ont suivi, la banque centrale brésilienne a temporairement changé sa politique monétaire en régime de flottement géré tout en subissant une crise monétaire, jusqu'à ce que le régime de change soit définitivement flottant en janvier 1999. Le Brésil a reçu un plan de sauvetage du FMI au milieu de 2002 pour un montant de 30,4 milliards de record à ce moment-là. Le prêt du FMI a été remboursé tôt par la banque centrale du Brésil en 2005.

Le Brésil possède une industrie des services diversifiée et sophistiquée. Au début des années 90, le secteur bancaire représentait jusqu'à 16% du PIB et a attiré des institutions financières et des entreprises étrangères en émettant et en échangeant des certificats de dépôt brésiliens (BDR). L'un des problèmes auxquels la banque centrale brésilienne a dû faire face en 2007 était un excès de capitaux spéculatifs à court terme vers le pays, ce qui pourrait expliquer en partie la chute du dollar américain par rapport au real au cours de la période. Néanmoins, l'investissement étranger direct (IED), lié aux investissements à long terme moins spéculatifs dans la production, était estimé à 193,8 milliards de dollars EU pour 2007. La surveillance et le contrôle de l'inflation jouent actuellement un rôle majeur dans l'activité de la banque centrale du Brésil en définissant des taux d'intérêt à terme comme mesure de politique monétaire.

Politique énergétique

Barrage d'Itaipu, la plus grande centrale hydroélectrique au monde.

Le Brésil est le dixième plus grand consommateur d'énergie au monde et le plus grand d'Amérique latine. Dans le même temps, il est également un grand producteur de pétrole et de gaz dans la région et le plus grand producteur mondial d'éthanol. En raison de sa production de carburant à l'éthanol, le Brésil a parfois été décrit comme une superpuissance bioénergétique. L'éthanol-carburant du Brésil est produit à partir de la canne à sucre, la plus grande culture au monde en termes de tonnage de production et d'exportation.

Après la crise pétrolière de 1973, le gouvernement brésilien a lancé en 1975 le programme national d'alcool pour remplacer les carburants dérivés des carburants fossiles par de l'éthanol. Le programme a réussi à réduire de dix millions le nombre de voitures fonctionnant à l'essence au Brésil, réduisant ainsi la dépendance du pays à l'égard des importations de pétrole.

Le Brésil est le troisième plus grand producteur d'hydroélectricité au monde, après la Chine et le Canada. En 2004, l'hydroélectricité représentait 83% de la production d'électricité du Brésil. Le Brésil est copropriétaire de la centrale hydroélectrique d'Itaipu sur le fleuve Paraná, qui est la plus grande centrale hydroélectrique opérationnelle au monde.

Science et technologie

Un avion de ligne à réaction Embraer E-175, produit au Brésil et utilisé dans le monde entier.

La recherche technologique au Brésil est en grande partie réalisée dans les universités publiques et les instituts de recherche. Malgré les réglementations et les incitations gouvernementales, les investissements dans la recherche et le développement ont également augmenté dans les universités et les entreprises privées depuis les années 1990. Néanmoins, plus de 73% du financement de la recherche fondamentale provient toujours de sources gouvernementales. Certains des pôles technologiques les plus notables du Brésil sont l'Institut Oswaldo Cruz, l'Institut Butantan, le Centre technique aérospatial de l'armée de l'air, la Société brésilienne de recherche agricole et l'Institut national de recherche spatiale (INPE), une unité de recherche du ministère brésilien des sciences. et la technologie.

La technologie et le positionnement de l'information brésilienne sont comparables en qualité et en positionnement à ceux de l'Inde et de la Chine, bien qu'en raison du plus grand marché intérieur du Brésil, les exportations de logiciels soient limitées. Répondant au marché intérieur, l'informatique brésilienne est particulièrement efficace pour fournir des solutions aux services financiers, à la défense, au CRM, à l'administration en ligne et aux soins de santé.

Démographie

La population du Brésil comprend de nombreuses races et groupes ethniques. L'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE) classe la population brésilienne en cinq catégories: noir, blanc, pardo (marron), jaune (asiatique) ou indigène, en fonction de la couleur de la peau ou de la race. Le dernier recensement a révélé les proportions suivantes: 49,7% de blancs, 42,6% de bruns, 6,9% de noirs, 0,5% d’asiatiques et 0,3% d’amérindiens.

La composition ethnique des Brésiliens n'est pas uniforme à travers le pays. En raison de son afflux important d'immigrants européens au XIXe siècle, le Sud a une majorité blanche, composée de 79,6% de sa population. Le Nord-Est, en raison du grand nombre d'esclaves africains travaillant dans les plantations de canne à sucre, a une majorité de peuples bruns et noirs, 62,5% et 7,8%, respectivement. Le Nord, largement couvert par la forêt tropicale, est brun à 69,2%, en raison de sa forte composante amérindienne. Le sud-est du Brésil et le centre-ouest du Brésil présentent un rapport plus équilibré entre les différents groupes ethniques.

Les plus grandes villes brésiliennes sont São Paulo, Rio de Janeiro et Salvador. Presque toutes les capitales sont la plus grande ville de leur état correspondant.

Les langues

Le portugais est la seule langue officielle du Brésil. Il est parlé par presque toute la population et est pratiquement la seule langue utilisée dans les écoles, les journaux, la radio, la télévision et à toutes fins commerciales et administratives. De plus, le Brésil est la seule nation lusophone des Amériques, faisant de la langue une partie importante de l'identité nationale brésilienne. En outre, 180 langues amérindiennes sont parlées dans les zones reculées. Il existe dans le Sud d'importantes communautés de locuteurs de l'allemand et de l'italien, toutes deux largement influencées par le portugais.

Éducation et santé

Université fédérale du Paraná, à Curitiba.

Le gouvernement fédéral, les États, le district fédéral et les municipalités gèrent chacun leur système éducatif respectif. La nouvelle constitution réserve 25% des taxes nationales et municipales et 18% des taxes fédérales pour l'éducation. Des programmes d'écoles privées sont disponibles pour compléter le système scolaire public. En 2003, le taux d'alphabétisation était de 88% de la population et le taux d'alphabétisation des jeunes (15-19 ans) était de 93,2%. Cependant, selon l'UNESCO, l'éducation au Brésil montre encore de très faibles niveaux d'efficacité chez les élèves de 15 ans, en particulier dans le réseau des écoles publiques.

L'enseignement supérieur commence par des cours de premier cycle ou séquentiels, qui peuvent offrir différents choix de spécialisation tels que des parcours académiques ou professionnels. Selon le choix, les étudiants peuvent améliorer leur formation avec des cours de troisième cycle.

Le système de santé public est géré et fourni par tous les niveaux de gouvernement, tandis que les soins de santé privés jouent un rôle complémentaire. Plusieurs problèmes entravent le système brésilien. En 2006, les problèmes de santé les plus notables étaient la mortalité infantile, la mortalité infantile, la mortalité maternelle, la mortalité par maladie non transmissible et la mortalité causée par des causes externes (transport, violence et suicide).

Problèmes sociaux

A Rio de Janeiro, le Vidigal favela témoigne des fortes inégalités économiques au Brésil.

Le Brésil n'a pas été en mesure de refléter ses récentes réalisations économiques dans le développement social. La pauvreté, la violence urbaine, l'augmentation des dettes de sécurité sociale, des services publics inefficaces et la faible valeur du salaire minimum sont quelques-uns des principaux problèmes sociaux qui défient actuellement le gouvernement brésilien.

Le taux de pauvreté est en partie attribué à l'inégalité économique du pays. Le Brésil a l'un des classements les plus élevés au monde pour les inégalités. En 2006, près d'un cinquième de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté sur la base du revenu du travail, bien qu'il s'agisse d'une réduction de 33% par rapport aux trois années précédentes.

La pauvreté au Brésil est représentée le plus visuellement par les divers favelas, les bidonvilles des régions métropolitaines et des régions reculées de l’hiver qui souffrent du sous-développement économique et d’un niveau de vie inférieur à la normale. Il existe également de grandes différences de richesse et de bien-être entre les régions. Alors que le Nord-Est a les pires indicateurs économiques du pays, de nombreuses villes du Sud et du Sud-Est jouissent des normes socio-économiques du Premier Monde.

Le niveau de violence dans certains grands centres urbains est comparable à celui d'une zone de guerre. Les analystes suggèrent généralement que l'inégalité sociale est la cause principale. Les agressions, les vols, les enlèvements et la violence des gangs sont courants dans les plus grandes villes. La brutalité et la corruption policières sont répandues. Les services publics inefficaces, en particulier ceux liés à la sécurité, à l'éducation et à la santé, affectent gravement la qualité de vie. Le salaire minimum ne satisfait pas à leurs exigences constitutionnelles concernant le niveau de vie. Le Brésil se classe actuellement 69e sur l'indice de développement humain des Nations Unies.

Culture

Défilé du carnaval brésilien à Rio de Janeiro.

Une grande variété d'éléments a influencé la culture brésilienne. Sa première influence majeure dérive de la culture portugaise. Entre autres héritages, les Portugais ont introduit la langue portugaise, le système juridique romano-germanique et les styles architecturaux coloniaux. D'autres aspects de la culture brésilienne sont les contributions des immigrants européens et asiatiques, des autochtones d'Amérique du Sud (comme les Tupi) et des esclaves africains. Ainsi, le Brésil est une société multiculturelle et multiethnique. Les immigrants italiens, allemands et européens sont venus en grand nombre et leurs influences se font sentir plus près du sud-est et du sud du Brésil. Les peuples amérindiens ont influencé la langue et la cuisine du Brésil, et les Africains, amenés au Brésil comme esclaves, ont influencé la musique, la danse, la cuisine, la religion et la langue du Brésil.

Dans les années 1950, Antônio Carlos Jobim, Vinícius de Moraes, Baden Powell de Aquino et João Gilberto ont popularisé le style Bossa Nova en musique. Plus tard, Elis Regina, Milton Nascimento, Chico Buarque et Nara Leão ont joué un rôle important dans l'élaboration de Música Popular Brasileira (littéralement traduit par «Musique populaire brésilienne», souvent abrégé en MPB). À la fin des années 1960, le tropicalismo a été popularisé par Caetano Veloso et Gilberto Gil.

Le carnaval brésilien est une célébration annuelle tenue 40 jours avant Pâques qui marque le début du Carême. Le carnaval brésilien a des caractéristiques régionales distinctes. D'autres festivals régionaux incluent le Boi Bumbá et la Festa Junina (Festivals de juin).

Religion

Christ Rédempteur, sur la montagne du Corcovado.

La religion prédominante au Brésil est le catholicisme romain et le pays a la plus grande population catholique romaine au monde. Les adeptes du protestantisme sont de plus en plus nombreux. Jusqu'en 1970, la majorité des protestants brésiliens étaient membres de confessions traditionnelles, principalement des luthériens, des presbytériens et des baptistes. Depuis lors, l'adhésion aux églises pentecôtistes et néo-pentecôtistes a considérablement augmenté. L'islam a d'abord été pratiqué par des esclaves africains. Aujourd'hui, la population musulmane du Brésil est composée principalement d'immigrants arabes. Une tendance récente a été l'augmentation des conversions à l'islam parmi les citoyens non arabes. La plus grande population de bouddhistes d'Amérique latine vit au Brésil, principalement parce que le pays a la plus grande population japonaise en dehors du Japon.

Le dernier recensement cite les chiffres suivants: 74% de la population est catholique romaine (environ 139 millions); 15,4% sont protestants (environ 28 millions), y compris

Pin
Send
Share
Send