Je veux tout savoir

République du Congo

Pin
Send
Share
Send


le République du Congo, aussi connu sous le nom Congo-Brazzaville ou la Congo, est une république présidentielle. C'est une ancienne colonie française d'Afrique occidentale et centrale. Il borde le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, l'Angola et le golfe de Guinée. À son indépendance en 1960, elle est devenue la République du Congo. Un quart de siècle de marxisme a été abandonné en 1990 et un gouvernement démocratiquement élu a été installé en 1992. Après une brève guerre civile en 1997 entre les factions, l'ancien président marxiste Denis Sassou Nguesso a été remis au pouvoir.

L'extraction de pétrole des réserves offshore a supplanté la foresterie en tant que pilier de l'économie, stimulée par la reprise des prix du pétrole. Les efforts de réforme économique se poursuivent avec le soutien de Sassou Nguesso, qui a exprimé son soutien aux réformes économiques et à la privatisation et au renouvellement de la coopération avec les institutions financières internationales. Son administration préside à une paix difficile et fait face à des problèmes économiques difficiles pour stimuler la reprise et réduire la pauvreté.

La géographie

Le Congo est situé dans la partie centre-ouest de l'Afrique subsaharienne, traversée par l'équateur. Au sud et à l'est de la République démocratique du Congo. Il est également délimité par le Gabon à l'ouest, le Cameroun et la République centrafricaine au nord, et Cabinda (Angola) au sud-ouest. Il a une courte côte atlantique.

La capitale, Brazzaville, est située sur le fleuve Congo, dans le sud du pays, juste en face de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo.

Le sud-ouest du pays est une plaine côtière dont le principal drainage est la rivière Kouilou-Niari; l'intérieur du pays est constitué d'un plateau central entre deux bassins au sud et au nord.

Climat

Étant donné que le pays est situé sur l'équateur, le climat est constant toute l'année, bien que la saison des pluies soit d'octobre à mai. La température diurne moyenne est humide de 75 degrés F (24 degrés C), avec des nuits généralement dans les années 60 F (16-21 C).

Histoire

Mausolée de Pierre Savorgnan de Brazza

Les premiers habitants de la région étaient des peuples pygmées. Ils ont été largement remplacés et absorbés par les tribus bantoues lors des expansions bantoues. Les Bakongo sont composés de groupes bantous qui occupaient également des parties de l'Angola, du Gabon et de la République démocratique du Congo actuels, constituant la base des affinités ethniques et des rivalités entre ces États. Plusieurs royaumes bantous, notamment ceux du Kongo, du Loango et des liens commerciaux construits par Teke menant au bassin du fleuve Congo.

L'embouchure du fleuve Congo était la base du royaume Kongo, qui a rencontré les Portugais en 1484. Les contrats de commerce accordaient aux textiles, aux bijoux et aux produits manufacturés congolais en échange de l'ivoire, du cuivre et des esclaves. La zone côtière était une source majeure de la traite transatlantique des esclaves. L'éducation occidentale et le christianisme ont été introduits dans la région à cette époque.

Les Portugais ne se sont pas aventurés à l'intérieur mais ont acheté des marchandises et des esclaves capturés à l'intérieur par le biais de courtiers africains sur la côte. Lorsque la traite des esclaves a diminué en raison de la dépopulation, les Portugais ont acheté des esclaves à d'autres tribus. Les combats entre les tribus les ont affaiblis, y compris les Kongo. Cela a accru le pouvoir des Européens et renforcé la traite des esclaves. Cette situation a perduré jusqu'à ce que les puissances européennes interdisent l'esclavage au début des années 1800.

Le Royaume de Teke de l'intérieur a signé un traité avec les Français en 1883 qui accordait aux terres françaises en échange de leur protection. Sur le terrain que Pierre Savorgnan de Brazza a sécurisé du côté nord de Stanley Pool, il a établi une colonie maintenant connue sous le nom de Brazzaville. Il a gouverné la région de 1886 à 1897.

Les entreprises qui ont obtenu des concessions au Congo ont abusé de leurs travailleurs africains dans la mesure où les rapports ont atteint la France, ce qui a finalement limité le recours au travail forcé. En 1910, quatre colonies ont été regroupées administrativement en Afrique équatoriale française, avec Brazzaville comme capitale. Après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une recrudescence du nationalisme. La France, affaiblie par ses guerres en Indochine et en Algérie, n'a pas résisté mais a accordé une autonomie interne à ses colonies africaines. Le Congo est devenu une république autonome au sein de la Communauté franco-africaine en 1958.

Indépendance

Après l'indépendance en tant que République du Congo le 15 août 1960, Fulbert Youlou, un prêtre catholique qui avait joué un rôle déterminant dans les étapes de l'indépendance, est devenu le premier président jusqu'à ce que des éléments ouvriers et des partis politiques rivaux provoquent un soulèvement de trois jours qui l'a évincé. L'armée congolaise a brièvement pris le contrôle du pays et a mis en place un gouvernement civil provisoire dirigé par Alphonse Massamba-Débat, qui s'est inspiré du marxisme français.

En vertu de la constitution de 1963, Massamba-Débat a été élu président pour un mandat de cinq ans, mais avec un seul parti. Son mandat se termina brusquement en 1968 par un coup d'État. Le capitaine Marien Ngouabi a assumé la présidence mais a poursuivi la politique socialiste de son prédécesseur, proclamant le Congo comme la première "république populaire" d'Afrique. En 1977, Ngouabi a été assassiné. Le colonel Joachim Yhombi-Opango l'a remplacé comme président, puis le colonel Denis Sassou-Nguesso a été sélectionné en 1979.

Il a modéré l'extrémisme congolais et a établi de meilleures relations avec les nations occidentales. Avec l'effondrement de l'Union soviétique, le Congo a achevé sa transition vers la démocratie multipartite avec des élections en août 1992. Denis Sassou Nguesso a reconnu sa défaite et le nouveau président du Congo, le professeur Pascal Lissouba, a été inauguré le 31 août 1992.

Troubles civils

Les progrès démocratiques du Congo ont déraillé en 1997. À l'approche des élections présidentielles prévues pour juillet 1997, les tensions entre les camps de Lissouba et de Sassou se sont intensifiées. Le 5 juin, les forces gouvernementales du président Lissouba ont encerclé le complexe de Sassou à Brazzaville et Sassou a ordonné aux membres de sa milice privée (connue sous le nom de "Cobras") de résister. Ainsi a commencé un conflit de quatre mois qui a détruit ou endommagé une grande partie de Brazzaville et fait des dizaines de milliers de morts parmi les civils. Début octobre, les troupes angolaises ont envahi le Congo du côté de Sassou et, mi-octobre, le gouvernement de Lissouba est tombé. Peu de temps après, Sassou s'est déclaré président. La guerre civile au Congo s'est poursuivie pendant encore un an et demi jusqu'à ce qu'un accord de paix soit conclu entre les différentes factions en décembre 1999.

Élections de 2002

Les élections de 2002 ont vu Sassou gagner avec près de 90% des suffrages exprimés. Ses deux principaux rivaux, Lissouba et Bernard Kolelas, ont été empêchés de participer et le seul rival crédible restant, André Milongo, a conseillé à ses partisans de boycotter les élections, puis s'est retiré de la course. Une nouvelle constitution, approuvée par référendum en janvier 2002, a accordé au président de nouveaux pouvoirs et a également prolongé son mandat à sept ans et a introduit une nouvelle assemblée bicamérale. Les observateurs internationaux ont contesté l'organisation de l'élection présidentielle ainsi que le référendum constitutionnel, qui rappellent tous deux leur organisation de l'ère congolaise d'un État à parti unique. Une période de combats continus s'est terminée par un accord de désarmement, de démobilisation et de réintégration des milices rebelles. Le processus a progressé lentement, les deux parties étant méfiantes. Néanmoins, des élections législatives ont eu lieu en juin 2007.

Élections 2007

Selon les observateurs internationaux de l'Union africaine et de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale, le chaos et les abus ont été généralisés lors du vote du 24 juin 2007 pour choisir 137 députés à l'Assemblée nationale. Les bureaux de vote ont ouvert tard et les listes électorales et les bulletins de vote n'étaient pas disponibles dans de nombreux bureaux de vote, ont déclaré les observateurs.

Les femmes congolaises ont été contrecarrées dans leur ambition d'améliorer leur performance, avec une seule femme élue. Le Centre pour la promotion de la femme en politique a travaillé dur pour accroître la visibilité de ses candidates. Même si le statut des femmes s'est amélioré au Congo, il y a peu de femmes aux postes les plus élevés. Dans les deux chambres du Parlement, avec 188 sièges, il n'y a que 20 femmes. La pauvreté est un obstacle, la plupart des femmes n'ayant pas accès à l'éducation, aux soins de santé et à de bons salaires. Le Congo, comme dans d'autres pays africains, compte plus de femmes que d'hommes, avec plus de 70% vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Politique

Les plus importants des nombreux partis sont les Forces démocratiques et patriotiques ou FDP Denis Sassou Nguesso, président, une alliance composée de:

  • Convention pour une démocratie alternative
  • Parti du travail congolais (PCT)
  • Parti républicain libéral
  • Union nationale pour la démocratie et le progrès
  • Union patriotique pour la reconstruction nationale
  • Union pour le renouveau national

D'autres parties importantes comprennent:

  • Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégré ou MCDDI Michel Mampouya
  • Union panafricaine pour le développement social ou UPADS Martin Mberi
  • Rassemblement pour la démocratie et le progrès social ou RDPS Jean-Pierre Thystere Tchicaya, président
  • Rassemblement pour la démocratie et la République ou RDR Raymond Damasge Ngollo
  • Union pour la démocratie et la République ou leader UDR NA
  • Union des forces démocratiques ou UFD, Sebastian Ebao

Droits de l'homme

Selon le Département d'État américain, le bilan du gouvernement en matière de droits de l'homme reste médiocre; malgré quelques améliorations en 2006, de graves problèmes subsistaient. Les graves problèmes de droits de l'homme suivants ont été signalés: violence des foules, y compris le meurtre de criminels présumés; passages à tabac par les forces de sécurité, mauvais traitements physiques infligés aux détenus, viols, pillages, sollicitation de pots-de-vin et vol; harcèlement et extorsion de civils par des éléments armés non contrôlés et non identifiés; mauvaises conditions de détention; impunité; arrestation arbitraire; longue détention provisoire; un système judiciaire corrompu et inefficace; atteinte au droit à la vie privée des citoyens; les limites de la liberté de la presse; restrictions à la liberté de mouvement; corruption officielle et manque de transparence; violence domestique et discrimination sociétale à l'égard des femmes; traite des personnes; discrimination fondée sur l'appartenance ethnique, en particulier à l'égard des Pygmées; et le travail des enfants.

Divisions administratives

Régions de la République du Congo

La République du Congo est divisée en dix régions et une commune, la capitale Brazzaville. Ceux-ci sont:

  • Bouenza
  • Brazzaville
  • Cuvette
  • Cuvette-Ouest
  • Kouilou
  • Lékoumou
  • Likouala
  • Niari
  • Plateaux
  • bassin
  • Sangha

Les régions sont subdivisées en 46 districts.

Économie

L'extraction de pétrole des réserves extracôtières a supplanté la foresterie en tant que pilier de l'économie, procurant 95% des recettes d'exportation. En 2005, le Congo était le sixième plus grand producteur de pétrole en Afrique subsaharienne (après le Nigeria, l'Angola, le Soudan, la Guinée équatoriale et le Gabon). Au début des années 80, l'augmentation rapide des revenus pétroliers a permis au gouvernement de financer des projets de développement à grande échelle avec une croissance du PIB de 5% par an en moyenne, l'un des taux les plus élevés d'Afrique. Le gouvernement a hypothéqué une partie substantielle de ses revenus pétroliers, contribuant à une pénurie de revenus. La reprise des prix du pétrole a stimulé le PIB de l'économie et les perspectives à court terme. Les Chinois accordent des prêts à rembourser en pétrole. Par exemple, ils financent en grande partie un barrage hydroélectrique à Imboulou qui devrait être achevé en 2009.

Les efforts de réforme économique se poursuivent avec le soutien d'organisations internationales, notamment la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Le programme de réforme a été interrompu en juin 1997 lorsque la guerre civile a éclaté. Lorsque Sassou Nguesso est revenu au pouvoir à la fin de la guerre en octobre 1997, il a exprimé publiquement son intérêt pour aller de l'avant avec les réformes économiques et la privatisation et pour renouveler la coopération avec les institutions financières internationales.

L'administration actuelle préside à une paix intérieure difficile et fait face à des problèmes économiques difficiles pour stimuler la reprise et réduire la pauvreté, malgré des prix record du pétrole depuis 2003. Le gaz naturel et les diamants sont également des exportations congolaises importantes récemment, bien que le Congo ait été exclu du processus de Kimberley en 2004 au milieu d'allégations selon lesquelles la plupart de ses exportations de diamants étaient en fait sorties clandestinement de la République démocratique du Congo voisine.

Outre l'extraction du pétrole, la cuisson au ciment, la foresterie, le brassage, la sucrerie, l'huile de palme, le savon et la fabrication de cigarettes sont également des industries majeures. Les produits agricoles les plus importants sont le bois d'oeuvre, le sucre, le cacao et le café.

Sous le régime communiste, le gouvernement était propriétaire de tous les biens commerciaux. Après la guerre civile, la privatisation a été décrétée. Près de 90% des logements appartiennent désormais à des particuliers ou à des familles.

Les États-Unis sont le principal partenaire d'exportation, suivis de la Belgique, du Luxembourg, de Taïwan et de la Chine. Les articles importés comprennent les produits manufacturés, les biens d'équipement, les produits pétroliers, les matériaux de construction et les aliments. Ces articles sont importés de France, d'Italie, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Démographie

Population de la République du Congo (FAO, 2005; nombre d'habitants donné en milliers.

La population clairsemée de la République du Congo est concentrée dans la partie sud-ouest du pays, laissant les vastes zones de jungle tropicale du nord pratiquement inhabitées. Ainsi, le Congo est l'un des pays les plus urbanisés d'Afrique, avec 85 pour cent de sa population totale vivant dans quelques zones urbaines, à savoir Brazzaville, Pointe-Noire, ou l'une des petites villes ou villages bordant le chemin de fer de 332 milles qui relie les deux villes. Dans les zones rurales, l'activité industrielle et commerciale a décliné rapidement ces dernières années, laissant les économies rurales tributaires du gouvernement pour leur soutien et leur subsistance. Avant la guerre de 1997, environ 15 000 Européens et autres non-Africains vivaient au Congo, dont la plupart étaient français. Actuellement, il n'en reste que 9 500 environ. Néanmoins, la langue officielle est le français, utilisé dans les activités gouvernementales. Le lingala et le monokutuba sont des langues commerciales couramment parlées. Plus de 60 langues et dialectes locaux sont parlés, dont les plus répandus sont le kikongo, la sangha et le bateke. Un langage de tambour parlant s'est développé dans les villages comme une forme de communication à longue distance. Des battements spécifiques sont diffusés pour les mariages, les décès, les naissances et d'autres informations.

Groupes ethniques

Il existe 15 groupes ethniques principaux et 75 sous-groupes. Les groupes ethniques les plus importants sont les Bakongo (48% de la population), les Sangha (20%), les Teke (17%) et les M'Bochi (12%). Le groupe Teke souffre d'une discrimination généralisée de la part de tous les autres groupes ethniques en Afrique centrale car ce sont des habitants des forêts non organisés avec peu de pouvoir politique.

Religion

Il n'y a pas de religion officielle d'État; l'Acte fondamental impose la liberté de religion. Environ 50% de la population est chrétienne, tandis que 48% adhèrent aux religions autochtones. Les 2% restants sont musulmans. Des combinaisons variées de christianisme et d'animisme se sont développées. Dans certaines zones rurales, les missionnaires chrétiens ont peu réussi à convertir les habitants des forêts.

Avant l'avènement du christianisme, toutes les religions indigènes étaient animistes. La religion monothéiste de Nzambi est largement pratiquée chez les Bakongo. Dans cette tradition, Nzambi a créé le monde après une grande maladie, vomissant d'abord le soleil, puis les étoiles, les animaux et les gens. Après la création, il est allé vivre avec les esprits ancestraux. On pense que les membres de la famille rejoignent le monde ancestral après la mort pour protéger les vivants. En cas de mort injustifiée ou violente, ils errent jusqu'à ce que le châtiment ait eu lieu. La médecine et la religion sont souvent indiscernables dans les religions indigènes.

Culture

Le fleuve Congo à Maluku, Congo

Sous le communisme, les citadins et les gens instruits avaient un emploi et pouvaient gagner plus d'argent que les ruraux, qui avaient un style de vie plus proche de celui des tribus ethniques. La discrimination contre les pygmées, connus sous le nom de Teke, Aka ou habitants des forêts, est très répandue. Ils sont refoulés des hôpitaux, perçoivent des salaires inférieurs et ne sont pas représentés au gouvernement. Le taux d'alphabétisation de la population totale est de 83,8% (89,6% d'hommes et 78,4% de femmes selon les estimations de 2003). En raison du communisme et des coutumes sociales locales, peu de gens ont accumulé des richesses personnelles.

Les femmes sont sous-représentées en politique et aux échelons supérieurs du gouvernement. Dans les zones rurales, les femmes sont souvent dissuadées d'accéder à un emploi rémunéré et à l'enseignement secondaire. Ils sont plutôt encouragés à se concentrer sur les activités familiales et d'éducation des enfants. Cela leur donne un pouvoir limité dans les relations sociales avec les hommes, qui sont généralement mieux éduqués et ont plus d'argent. Des organisations non gouvernementales ont lancé des initiatives pour améliorer la condition de la femme. On estime que 900 femmes meurent pendant la grossesse ou l'accouchement pour 100 000 naissances vivantes, selon les données de l'ONU. Richard Dackam Ngatchou, représentant du Congo pour le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), a déclaré que le taux de mortalité maternelle "reste largement supérieur au niveau moyen africain".

Mariage

Traditionnellement, les membres de la famille organisaient des mariages, bien que ce soit désormais moins courant, surtout dans les villes. La polygynie est autorisée, mais la polyandrie est illégale. L'adultère n'est illégal que pour les femmes. Une pratique qui remonte à l'Antiquité est la point, ou le prix de la mariée. Une fois qu'un prix a été fixé entre les deux familles, le marié doit le payer à la famille de l'épouse. le point est souvent très élevé.

L'unité familiale comprend de nombreux parents, tels que les grands-parents, les oncles, les tantes, les cousins, les neveux et les nièces. Le taux de mortalité infantile est élevé et, pour cette raison, les femmes ont tendance à avoir de nombreux enfants. La femme moyenne a cinq enfants, bien que dans les zones rurales ce nombre soit souvent le double de ce chiffre. De nombreux groupes ethniques, dont les Bakongo, sont matrilinéaires. L'oncle le plus âgé du côté de la mère est considéré comme l'homme le plus important et a parfois plus d'influence sur la vie d'un enfant que le père. Cet oncle peut être responsable de l'éducation, de l'emploi et de la sélection du mariage de l'enfant. Les cousins ​​du côté de la mère sont considérés comme des frères et sœurs. La famille est responsable des membres malades, handicapés et âgés. Tous les soins nécessaires sont répartis dans l'ensemble du système familial. Le Code juridique stipule que 30% de la succession d'un mari doit aller à sa veuve. Mais très souvent, ce code n'est pas respecté et une femme survivante peut ne pas obtenir les actifs de son mari.

Vacances

Les principaux jours fériés sont Noël, le Nouvel An, Pâques, la Toussaint, la Journée de la réconciliation nationale (10 juin), le jour de l'arbre (6 mars) et le jour de l'indépendance (15 août).

La narration fait partie de la tradition culturelle. Depuis l'introduction de la langue écrite, les romans, les pièces de théâtre et les poèmes sont devenus plus populaires. Les Congolais sont connus pour leur chant. Les chansons remplissent l'air pendant l'exécution des tâches. La rumba et d'autres formes de musique sont jouées avec des instruments natifs et occidentaux.

Remarques

  1. ↑ Division de la population du Département des affaires économiques et sociales (2009). Perspectives de la population mondiale, tableau A.1. Récupéré le 7 novembre 2011.
  2. 2.0 2.1 2.2 2.3 République du Congo. Fond monétaire international. Récupéré le 7 novembre 2011.

Ressources

  • Les pays et leurs cultures. Culture de la République du Congo. Récupéré le 25 juillet 2007.
  • Cutter, Charles Hickman. Afrique, 2006. Série mondiale d'aujourd'hui. Harpers Ferry, WV: Stryker-Post Publications, 2006. ISBN 1887985727 et ISBN 9781887985727
  • Juillet, Robert William. Une histoire du peuple africain. Prospect Heights, Ill: Waveland Press, 1992. ISBN 0881336319 et ISBN 9780881336313

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 28 juillet 2019.

  • World Factbook. Congo, République du.
  • Lecture des femmes écrivains et des littératures africaines. République du Congo (Brazzaville).

Pin
Send
Share
Send